15 octobre 2007

****ouille

Il est grand, et me dépasse largement d'une tête - même quand je porte des talons hauts.

Il a des yeux d'un bleu profond, sans doute les plus beaux de sa famille.

A propos de famille, il est le benjamin, le petit dernier, longtemps choyé par tous, aujourd'hui le dernier à rester habiter avec sa mère quand tous les autres ont pris leur envol. Il s'occupe d'elle en la préparant tout doucement à son indépendance.

Tout petit, il a appris à jouer au tarot, au mah-jong, et ce bien avant de savoir lire. Il jouait bien d'ailleurs, car il est intelligent et à une mémoire d'éléphant. Il passait des heures à faire des puzzles, à empiler des cubes, avec méthode et attention. Il était bâtisseur.

Il aime depuis petit garçon évoquer les grandes et petites dates de l'histoire de France avec son père à table, et maintenant qu'il a grandi, il aime surtout picoler non pas comme, mais avec les autres, ceux qui ont si longtemps été les adultes. Au début il picolait pour le principe, maintenant il apprécie ce qu'il boit. Il était gourmand, il devient gourmet.

Il est réfléchi. Il a vu divorcer ses parents divorcer, des membres de sa famille s'enfoncer dans la dépression, il voit chaque jour sa grand-mère se laisser emporter par la folie. Il encaisse sans se plaindre. Il est toujours disponible, prêt à soutenir ceux qui en ont besoin. Il est moqueur, mais c'est pour mieux dédramatiser les situations difficiles.

Il parait qu'il fait plus que son âge. Il plait aux filles, qui le trouvent mûr et beau garçon. Les garçons l'estiment pour son humour, et le classent dans la catégorie des bons potes et des gars bien.

Il n'a pas toujours été le chouchou - hormis au sein de sa fratrie. Il a souvent eu un cousin plus mignon que lui, un copain plus drôle, ou plus brillant. Mais il s'en fiche, il ne cherche pas à se faire remarquer. Il se laisse porter par la vie.

Il n'a pas peur des mots et n'a pas de pudeur mal placée. Il est obstiné sans être têtu, il est filou sans être malhonnête, il est moqueur sans être mesquin, il est gentil sans être bonne poire. Il manque d'expérience dans certains domaines, mais assume sa matûrité avec une tranquille assurance. Il est simpement quelqu'un de bien...

Il est celui dont je souhaite le moins assister aux derniers jours, parce que même si j'ai cessé depuis bien longtemps de le couver comme j'en avais l'habitude auparavant, même si je le sens assez reponsable pour ne plus me sentir responsable de lui, rien ne me consolerait de sa perte.

Il a sept ans de moins que moi, aujourd'hui nous irons ensemble et pour la première fois à la réunion des anciens élèves de notre lycée. Anciens tous les deux, au même niveau pour la première fois. Je ne prends pas un coup de vieux. Il devient petit à petit adulte. C'est un peu mais tellement plus que mon pote, il ne sait pas tout de moi, loin de là, mais m'inspire une confiance infinie qu'il me rend bien.

Il n'est pas tout pour moi, mais il est tellement.

Mon frangin au surnom en -ouille que tu détestes mais tolères venant de moi, qu'est ce que je t'aime, mon sacré grand ptit frérot.

Posté par __El__ à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur ****ouille

Nouveau commentaire